Dieu me donne-t-il de son infinie patience et indulgence envers l’homme ?

Depuis mon arrivée à PARIS, j’appréhendais les contacts auprès des personnes sans-abri aux « Périchaux » ; puis très vite j’ai découvert les valeurs, les « perles » vécues avec eux, établir la confiance passe par les petites choses : s’asseoir à leurs côtés, les écouter, ne pas décider à leur place. Ils sont solidaires entre eux et malgré les quelques éclats, un peu d’agressions dues à l’alcool, la drogue, certains reviennent s’excuser le lendemain.

Je m’efforce de retenir leurs prénoms pour mieux les accueillir, de manière personnalisée et tisser des liens.

Voici quelques expressions des personnes accueillies :

« Quand je viens ici, je vis. »

 

« Être écouter, être aimé, c’est plus important que de recevoir. »

 

« C’est bien ici, pour le corps et pour l’âme. »

 

En équipe, nous essayons d’améliorer l’image des personnes sans-abris en leur redonnant confiance dans un espace convivial et paisible où ils peuvent entrer en relation avec d’autres en toute simplicité.

Voilà quelques événements relatant les moments les plus importants et les rencontres fraternelles : célébrations et repas festif à Noël, anniversaires des accueillis, sorties, journées de détente…

Regardons ces personnes qui oublient pour quelques heures, les tracas de la vie. N’est-ce pas tous ces gestes qui nous révèlent « un brin de Foi et d’Amour » ?

 

Sœur Renée BASLE, communauté des Périchaux

X