Depuis les origines du monde, les tribus, les peuples, les nations se sont donné des rois… aux pouvoirs temporels, politiques…

Les Rois du peuple d’Israël : David, Salomon… étaient choisis par Dieu pour protéger le peuple et l’aider à vivre selon la Loi de Moïse.

Jésus est descendant du Roi David au plan humain…

« O Jésus, fils de David, aie pitié de moi ! », criera l’aveugle de Jéricho, mais Jésus préfère se révéler « le Bon Berger » tout au long de sa vie terrestre. OUI, Jésus est roi, car il prend soin de tous les hommes. Il les conduit sur un chemin de Vie, d’Amour:

« Je suis le Chemin, la Vérité, la Vie ».

A la fin de sa vie terrestre, Jésus se révélera un roi d’humilité monté sur un ânon alors que les foules crient : « Hosanna ! Béni soit au nom du Seigneur celui qui vient, le roi d’Israël »

Ainsi se réalisait l’Ecriture : « Ne crains pas, Fille de Sion, voici ton roi qui vient ,il est monté sur le petit d’une ânesse. »

Puis, au moment de la Passion, la royauté de Jésus va être mise en doute: ” Es-tu Roi ? » lui demande Pilate. Jésus lui répond : ” Tu l’as dit, je suis roi, mais ma royauté n’est pas de ce monde ».

Les soldats se moquent de sa royauté: une couronne d’épines comme couronne royale, un roseau comme sceptre royal, une tunique rouge comme manteau royal. Ils crient : « Si tu es roi devine qui t’a frappé ! », alors que Jésus a les yeux bandés…

L’écriteau de sa croix portera comme nom: « Jésus de Nazareth, roi des Juifs ». Cette royauté, bafouée par les hommes, est exaltée par les humbles, par les petits car Jésus est venu établir un royaume de Paix, de Justice et d’Amour. Un royaume qui conduit au bonheur.

« Il est le roi, le serviteur ». Seule la foi nous permet de reconnaître dans ce roi crucifié le Seigneur, que le Père a ressuscité dans la gloire.

En ce jour, adorons le CHRIST, ROI DE L’UNIVERS, venu rendre témoignage à la VERITE. Rendons grâce avec toute la création pour toutes facettes de son mystère qu’il nous a laissé découvrir au long de l’année liturgique.

A l’exemple de Saint Vincent, posons-nous cette question : « Comment ferai-je pour faire que DIEU règne souverainement en mon cœur ?… » (février 1659)

 

 

 

Chaque 21 novembre, l’Eglise fête également la Présentation de la Vierge Marie au Temple. Evènement qui ne se trouve pas dans l’Evangile, mais se réfère à un Proto-Evangile, celui de Jacques le Mineur.

 

Le récit relate, qu’à la naissance de Marie, Anne et Joachim, ses parents, voulurent remercier Dieu de son précieux don en lui consacrant cette enfant. « Présentons-la au temple du Seigneur, selon la promesse que nous avons faite ! Sinon, le Maitre va s’irriter contre nous et nous rejeter » dit Joachim.

 

Anne répondit : « Attendons sa 3ème année de peur qu’elle ne réclame son père ou sa mère.

 

Joachim opina : « Attendons! »

 

Quand l’enfant eut 3 ans elle fut conduite au temple. Le prêtre l’accueillit et l’ayant embrassée, il la bénit en disant : « Le Seigneur Dieu a exalté ton nom parmi toutes les générations. En toi, au dernier des jours, le Seigneur manifestera la rédemption des fils d’Israël ». Il la fit asseoir sur le 3ème degré de l’autel… Le Seigneur la combla de sa grâce…”(Extrait du Proto-Evangile)

 

Malgré toute l’imagination de ce récit apocryphe la fête de la Consécration de la Vierge Marie au Seigneur souligne la disponibilité totale de Marie à la volonté divine, le cœur de Marie totalement dédié à Dieu, son ouverture à l’Esprit.

 

Pour cette fête, où se mêlent piété populaire et piété mariale, les Eglises d’Orient furent marquées qui l’adoptèrent dès 543. Le Pape Grégoire XI en 1372 reconnaît cette fête. Elle sera inscrite au calendrier liturgique d’Occident en 1585. A ce jour, cette fête est honorée de tous les Chrétiens.

 

Le 21 novembre  2014, le Pape François disait :” La fête  de la Présentation de la Vierge au temple, célébrée ce jour dans la liturgie, nous enseigne à tous, prêtres et chrétiens à maintenir le temple pur, à recevoir avec amour ceux qui y viennent comme si chacun d’entre-deux était la Sainte Vierge.”

 

Pour tout chrétien, cette fête peut nous ouvrir au don de Dieu pour chacun, par la main de Marie qui fut toute offrande d’elle-même et dont le OUI permanent nous a donné Jésus.

 

En ce 21 novembre 2021, Filles de la Charité, notons cette heureuse coïncidence : la clôture de l’Assemblée Générale, prévue pour la fête de la Présentation de Marie au temple. Nous pourrions aussi, par nos vœux, redire avec Marie, un OUI émaillé de notre lieu actuel et de ce que nous sommes au plan humain, physique, relationnel, communautaire et spirituel. Certes, les ans sont passés par là… Mais de plus en plus, nous voulons être fidèles à notre mission : “Servir le Christ dans les Pauvres”.

 

 

 

La communauté de La Chesnaye
X