Ce 1er janvier ouvre une année nouvelle.

« Une année est pareille à un arbre décharné ou touffu, débraillé en branches effilochées ou ordonné en rangées de feuillage, stérile ou croulant de fruits. »

 

Ce qui importe ce sont les promesses qu’il porte encore ! 

 

Pour cette nouvelle année, je vous propose d’écouter notre Pape François, dans son homélie du 14 janvier 2014, nous dire ce qui est significatif de se rappeler pour cheminer tout au long de cette année 2022 qui plus est, sera synodale.

 

Bénédiction

« Yhwh te bénit et te garde / Lumière de Yhwh sur toi / Grâce / Bienveillance de Yhwh sur toi / Paix. »  (Nb 6, 24-26)

Au commencement d’une nouvelle année, il est plus significatif que jamais de se rappeler ces paroles de bénédiction : elles accompagneront notre chemin pour le temps qui s’ouvre à nous. Ce sont des paroles de force, de courage, d’espérance. Non pas une espérance illusoire, basée sur de fragiles promesses humaines, ni une espérance naïve qui imagine un meilleur avenir simplement parce qu’il est l’avenir. Cette espérance a sa raison dans la bénédiction de Dieu, une bénédiction qui contient le souhait le plus grand, le souhait de l’Eglise pour chacun de nous, souhait empli de toute la protection affectueuse du Seigneur, de son aide providentielle.

Le souhait contenu dans cette bénédiction s’est pleinement réalisé en une femme, Marie, en la destinant à devenir la Mère de Dieu, et il s’est réalisé en elle avant de s’accomplir en toute créature..

 

 

Sœur Maggy JOYE, Communauté du Moléson, Fribourg

 

X