En 2017, les Équipes Saint-Vincent ont fêté leur 400 ans d’existence. À cette occasion, l’Équipe Saint-Vincent de Metz s’est penchée sur son histoire. S’appuyant sur la spiritualité de saint Vincent-de-Paul et forte de l’expérience d’un mouvement qui a su traverser les siècles en restant toujours d’actualité, elle peut envisager l’avenir avec sérénité.

Un mouvement ancien

En 1617, saint Vincent de Paul créait la première Confrérie de la Charité. Ces confréries se sont très vite multipliées et la présence de dames de charité à Metz est signalée dès 1642. En 1906, elles sont citées dans le document qui marque la création de Caritas Moselle, fédération des œuvres de charité du diocèse de Metz.
En 1970, le mouvement prend le nom “Équipes Saint-Vincent” et y ajoute plus tard “AIC France”. L’AIC (Association internationale des Charités) est aujourd’hui présente dans cinquante-deux pays dans le monde.
À cette époque, les équipières membres de l’Équipe Saint-Vincent de Metz visitent des personnes âgées et font des distributions d’alimentation, de vêtements ou de charbon. Elles accordent aussi de nombreux prêts relais à des personnes en attente de secours des assistantes sociales. Vers 1978, elles ouvrent un vestiaire pour permettre aux personnes de venir choisir elles-mêmes leurs vêtements.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un mouvement qui évolue

Depuis, les activités ont beaucoup évolué. Certaines actions ouvrent, répondant à un besoin identifié, puis ferment quand ce besoin se fait moins criant. D’autres existent toujours comme le vestiaire, hébergé maintenant par la Maison de la Solidarité et géré par la fédération Caritas Moselle. Quelques équipières participent encore à son fonctionnement.

Pendant les trente dernières années, les équipières ont fait fonctionner sur l’agglomération messine jusqu’à dix coopératives d’insertion sociale et, pendant dix-sept ans, une action d’insertion professionnelle, Femmes en mouvement. Ces actions, en constante évolution pour permettre aux personnes accueillies de s’adapter le mieux possible aux changements de la société, n’ont pas, dans leur grande majorité, survécues à la raréfaction des subventions.
L’ atelier couture de Bomy, l’ Accueil Saint-Vincent pour personnes isolées ou encore le jardin partagé fonctionnent depuis plusieurs années. Dernières nées des actions de l’équipe messine, les ateliers d’apprentissage du français pour les migrants se développent, suivant l’actualité avec ses besoins émergents, comme les Équipes Saint-Vincent l’ont toujours fait.

Ce que nous disent saint Vincent et l’Évangile sur l’être humain restera toujours d’actualité

Un mouvement moderne qui a de l’avenir

Saint Vincent de Paul avait organisé, avec beaucoup de sens pratique, les dames de charité, d’une façon qui nous paraît très moderne aujourd’hui: en équipes, avec chacune un “bureau” soumis à des mandats. « Les pauvres ont plus manqué d’organisation dans la charité que de personnes charitables à les secourir », disait-il. Les équipières sont également toujours fidèles aux réunions mensuelles d’équipe qu’il avait instituées et les statuts de chaque association ne sont pas loin du premier règlement donné aux dames il y a 400 ans. L’esprit dans lequel les équipières abordent aujourd’hui les personnes en difficulté est celui de saint Vincent: elles les accompagnent avec beaucoup de sens pratique et un grand respect des désirs et besoins de chaque personne, afin que celle-ci parvienne ensuite à poursuivre son chemin propre sans l’aide de l’Équipe. Les façons de vivre peuvent changer, les pauvretés se déplacer, mais ce que nous disent saint Vincent et l’Évangile sur l’être humain restera toujours d’actualité.


Chantal Parmentier

Présidente de l’Équipe Saint-Vincent de Metz

Article paru dans la revue « Église de Metz – Janvier 2018 »

Pour en savoir plus: www.equipes-saint-vincent.com
Pour contacter l’équipe de Metz: metz@equipes-saint-vincent.com

X