Marguerite Naseau fut la première Fille de la Charité. Elle a payé de sa vie au service des malades de la peste.

A cette même époque, des jeunes femmes, sans instruction pour la plupart, découvrent en leur cœur un appel : servir Dieu, oui, mais dans les pauvres. Pas besoin d’une dot comme pour entrer dans un couvent, il suffit d’aller à la rencontre de ces pauvres dans la rue et dans les taudis, dans les hôtels-Dieu où se concentre toute la misère humaine, pour y rencontrer le Seigneur.

Mademoiselle Legras, est une femme qui se cherche. Elle connaît, de l’intérieur, l’abandon, le veuvage, l’angoisse d’une mère dans l’éducation d’un enfant. Elle sait en même temps accompagner. Elle aussi a entendu cet appel. Elle y a répondu grâce à Mr Vincent, si différent d’elle et si proche.

Avec Sainte Louise, ces jeunes femmes, désireuses de servir les pauvres, se réunissent sous un même toit. C’est nouveau, c’est beau, c’est enthousiasmant… Elles étaient heureuses ce jour-là. Heureuses de pouvoir vivre un idéal, une vocation, un appel, et d’avoir trouvé des compagnes. L’aventure, et c’en était une, commence le 29 novembre 1633.

Ce 29 novembre 2019, la Compagnie est en continuelle renaissance. Depuis 386 ans, mais elle est toujours en chemin, en recherche… Ici et ailleurs et se remet continuellement en question.

Des femmes, sous le même toit ou pas, créant et recréant des communautés, en lien avec tous ceux qui veulent vivre ce même idéal, allant où les pauvres les appellent. Pour y rencontrer le Seigneur.  Et pour être heureuses.

C’est nouveau, c’est beau, c’est enthousiasmant…

Soeur Juliette,
FdlC