C’est sous le signe de la rencontre que les élèves du lycée Vincent de Paul Avignon ont entamé leur année scolaire.
Les classes à peine formées, nous avons invité les élèves à se rendre dans le quartier pour rencontrer les voisins. Les rues de la vieille ville regorgent d’endroits où les jeunes aiment se retrouver après les cours ou sur la pause déjeuner. Afin de favoriser le bien-être de tous, il est nécessaire de sensibiliser les jeunes à l’importance du respect du lieu de vie ou de travail de nos voisins qui, soutenus par la présence du responsable de la propreté urbaine de la commune, leur parlent des nuisances sonores ou du désagrément de trouver des déchets abandonnés au sol. Les jeunes se laissent interpeler et comprennent bien vite qu’il n’y a pas de “petits” actes pour faire attention à l’autre.

 

Autre rencontre, celle avec notre saint fondateur, Vincent, qui nous entraîne à aller vers l’autre, dans de grands projets de solidarité comme dans les petits échanges du quotidien. Après avoir regardé un extrait de Monsieur Vincent, toutes les classes se sont interrogées sur la façon de devenir ses héritiers. Héritiers spirituels d’abord. Chacun a eu la possibilité, s’il le souhaitait, de recevoir une médaille de la rue du Bac. Parmi les jeunes et les adultes, nombreux ont été ceux qui l’ont accueillie pour eux-mêmes ou un membre de leur famille. Il ne se passe pas un jour depuis, sans que nous puissions la découvrir pendue au cou d’un élève, placée sur le bureau d’un adulte. Ce signe fort de la spiritualité vincentienne a trouvé sa place dans le quotidien de notre établissement.

Héritiers de l’action de Vincent et Louise. Au lycée, nous avons rempli une carte de gentillesse puis nous l’avons offerte à notre plus proche voisin lors de la bénédiction que le père Paco nous a donnée quand l’ensemble de la communauté éducative s’est retrouvée dans la cour. Nous adhérons bien souvent aux beaux projets solidaires. Nous sommes plus souvent embarrassés quand l’acte de charité devient une rencontre de personne à personne. Les échanges de cartes ont pourtant été bien volontaires, marqués par la joie qui régnait dans la cour.
Une classe de première Gestion Administration a travaillé d’arrache-pied pour réaliser une exposition qui présente Saint Vincent et son œuvre. De la rédaction des panneaux à l’organisation du vernissage, chacun a contribué à cette action qui a enraciné cette fête dans le charisme vincentien.
En dernière partie de matinée, chaque classe a réalisé un visuel permettant d’exprimer ce qui a été retenu de Vincent après la projection du film. Certaines classes ont choisi de faire une affiche, d’autres sont sorties en ville pour « chasser des photos » qui pouvaient illustrer ce qu’ils ont saisi de notre saint fondateur.

L’ensemble des photos et affiches ont rejoint la banderole à l’effigie de Saint Vincent pour recouvrir les façades de la cour d’un habit de fête.
Au Centre de Formation Continue, un diaporama sur saint Vincent a été diffusé dans le hall et une médaille miraculeuse distribuée à ceux qui désiraient la recevoir. Chaque classe a travaillé sur le choix d’une association humanitaire et a confectionné une affiche pour présenter en quoi le CFC peut soutenir son action. Ces affiches ont été présentées dans le hall pour que l’ensemble de la communauté éducative puisse voter pour l’association qui fera l’objet de notre soutien tout au long de l’année.

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

C’est dans cet élan solidaire que vingt et un élèves du lycée ont intégré le pèlerinage du Rosaire à Lourdes. L’objectif : donner l’occasion à nos élèves de prendre conscience qu’ils sont pleinement capables de prendre en charge une personne âgée ou malade pendant son déplacement entre son lieu d’accueil et les sanctuaires, qu’ils sont capables d’échanger avec cette personne, de lui apporter bonne humeur et joie de vivre. La rencontre est forte, le lien est souvent immédiat, les effets s’en font ressentir jusque dans la cohésion du groupe où chacun a su être attentif aux besoins de ses camarades. Des temps de partage ont été proposés chaque jour. En groupe plus restreint, nous avons travaillé sur la relation à soi, la relation aux autres, la spiritualité. Le lieu et l’expérience humaine que les jeunes ont accepté de vivre portent à ces interrogations. Les échanges ont été sincères, profonds, les questions révélaient l’authenticité de la démarche de nos jeunes.

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Chacun de ces évènements a été traversé par la joie, joie d’une fête, d’une rencontre, mais surtout joie de voir à quel point nos jeunes générations gardent cette ouverture à l’autre qui caractérisait si bien notre fondateur.

 

 

Rachel Castel
Adjointe en pastorale scolaire