Marcher vers la résurrection c’est laisser la vie prendre plus de place en nous, dans nos relations, dans nos choix.

Les élèves du lycée ont commencé le carême avec un repas sobre solitaire. Le « Repas bol de pâtes » a été organisé cette année en faveur des élèves d’établissements catholiques victimes de l’ouragan Irma qui a sévi sur l’île Saint Barthélémy au mois de septembre 2017.

 

Set de table et bol

 

Un set de table a permis à chacun de comprendre le sens de sa participation au repas, que son aide matérielle permettra à ce que la vie des élèves de l’île reprenne ses droits. Le set a permis aussi que cette action trouve son origine dans le carême chrétien particulièrement tourné vers le partage et la préoccupation de l’autre.

 

Le même jour, la classe de CAP ATMFC préparait un repas et partait le partager avec les personnes accueillies par les Equipes Saint Vincent d’Avignon. Leur situation précaire leur impose souvent un isolement lourd à porter. La présence de jeunes qui ont décidé, avec leur professeur, de mettre leur compétence, leur énergie, leur sourire à leur service, apporte un petit bout de vie. Chacun, jeunes comme adultes, sort grandi de cette rencontre chaleureuse.

 

 

La vie, nous l’avons accueillie dans le témoignage de celles qui sont venues témoigner auprès des jeunes de leur engagement chrétien. Sœur Jeanne, Fille de la charité a rencontré de nombreuses classes. Au-delà du récit d’une vie qui paraît bien différentes, les élèves sentent rapidement qu’elle est un choix, choix du service de l’autre, choix de la place de Dieu, choix d’un mode de vie qui conduit à l’essentiel. L’apparente différence s’estompe et fait comprendre à chacun que nous portons tous en nous l’extraordinaire possibilité d’être de petits St Vincent pour les autres.

Les petites Sœurs de l’Agneau ont touché les jeunes par la radicalité de leur mode de vie : vivre dans une communauté est surprenant. Mendier sa nourriture pour pouvoir rencontrer ceux qui ne se laisseraient pas approcher autrement, « on n’imaginait pas qu’on pouvait choisir un tel mode de vie ». Mais les questions fusent, le rayonnement et la douceur de ces religieuses interrogent.

Sœur Marie-Josiane, ancienne enseignante du lycée, est venue expliquer à certaines classes ASSP (soins à la personne) mais aussi de Mode et Vêtement, sa vie de « Prof-et-soeur » auprès des jeunes souffrant de handicap. La rencontre est chaleureuse et profonde, elle appelle à un nouveau rendez-vous. Nous avons pris le temps de rencontrer l’autre. Mais l’autre, c’est aussi l’Autre.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Ce Dieu que l’on connaît, que l’on cherche, que l’on ignore, beaucoup ont accepté de lui consacrer un temps. Au lycée, jeunes et adultes ont été invités à un temps de prière le jour du Vendredi Saint. Nous avons (re)découvert l’histoire de Jésus, personnage historique ou prophète pour certains, Dieu fait homme pour d’autres. Nous avons abordé son enseignement, sa façon bien à lui d’accueillir chacun, ses actions peu ordinaires mais surtout le don par amour de sa vie sur la croix. Chrétiens, athées, autres croyants, nous avons tous pris un temps d’intériorité ou de prière qui nous permettait de prendre conscience que dans le sombre de nos vies, la lumière de l’amour peut rayonner et avoir le dernier mot. Rien n’est désespéré quand on accueille en nous l’amour.

 

 

Au CFC, étudiants et adultes se sont retrouvés pour un temps de prière qui célébrait la vie. Avec les femmes qui se rendaient au tombeau, nous nous sommes demandés qui allait rouler les pierres qui empêchent la vie de jaillir du profond de notre être. Père Paco a guidé notre démarche intérieure en nous comparant à la Fontaine de Vaucluse, résurgence d’une nappe phréatique de plusieurs kilomètres. Quand elle jaillit de sous la falaise, la force de l’eau nous laisse entrevoir avec quelle puissance le Christ peut faire rayonner sa vie en nous. Nous avons alors posé les pierres de notre vie au pied de la croix pour voir la lumière apparaître et, avec elle, l’espérance de voir nos vies devenir lieu de résurrection.

 

Fontaine de Vaucluse