Témoignage

Peu de temps après l’arrivée de la communauté rue Villot, à la Courneuve, je rencontre J. qui m’invite à visiter avec elle M. Z. Je me rends à son domicile et je fais connaissance avec elle. M. est adulte, mais elle a eu, dès sa petite enfance, des difficultés de relation avec sa famille et elle en est très marquée psychologiquement. La blessure est profonde et elle ne se guérit pas. M. est seule et souffre beaucoup de la solitude. Je la visite régulièrement et je lui téléphone assez souvent pour prendre de ses nouvelles. M. a un grand besoin de parler, elle m’appelle pour m’exprimer ses angoisses, ses peurs et ses inquiétudes du lendemain. Je l’écoute longuement et je la quitte en lui disant que je prie pour elle et que je la confie à Dieu qui est bon et plein d’Amour pour chacun de nous.

A la suite des Filles de la Charité d’Arras j’essaie de compatir, de réconforter, d’encourager M. pour qu’elle envisage le lendemain dans la confiance et l’Espérance.

Un jour elle me dit qu’elle voudrait prier, mais elle ne sait pas comment. Elle est de religion juive et me dit-elle je n’ai jamais appris à prier, mais je m’adresse souvent à Dieu, je lui parle avec mes mots. Je lui réponds que c’est la plus belle prière qui plait à Dieu. Je lui propose aussi de prier des psaumes avec elle si elle désire. Je choisi le psaume 26, nous avons prié ensemble ce psaume où il est dit :

Le Seigneur est ma Lumière et mon salut, de qui aurai-je peur ?

Ma seule prière c’est de vivre en sa présence tous les jours de ma vie,

Pour connaitre sa tendresse et sa joie.

Près de lui je suis sauvé, Il me met en sécurité

Seigneur entend ma voix, prends pitié de moi.

Tu es mon recours, ne m’abandonne pas, ne me délaisse pas.

Fais confiance à Dieu, prends courage, fais confiance à Dieu.

Toi seul est mon Espérance et mon soutien.

En priant ce psaume, M. faisait en quelque sorte une relecture de sa vie, le courage lui revenait. En relatant son vécu, elle dit qu’elle croit que Dieu l’a protégé durant sa vie qui a été difficile, qu’il la protège encore, qu’il est avec elle parce qu’elle essaie de pardonner, de vivre la bonté et le partage avec ceux qui en ont besoin.

Que Dieu lui accorde la grâce de la confiance et de l’Espérance. C’est ce que je demande à Dieu pour M.  

 

Sœur Anne Marie BOUCHET, Communauté de La Courneuve

 

 

Un peu d’histoire…

En 1794, en pleine révolution française, 4 Filles de la Charité assurent, à Arras, Pas de Calais, les soins aux malades à domicile et l’éducation des petites filles.

  • Sr Marie Madeleine FONTAINE
  • Sr Marie Françoise LANEL
  • Sr Thérèse FANTOU
  • Sr Jeanne GERARD

Ayant refusé de prêter serment, elles sont arrêtées, le 15 février 1794, sur de faux témoignages. Durant leur séjour en prison, elles réconfortent leurs frères, injustement accusés comme elles. Après 4 mois de détention elles sont transférées à Cambrai pour y être guillotinées. Dans la charrette qui les conduit au supplice, elles chantent l’Ave Maris Stella et prient le chapelet. Gravissant les marches de l’échafaud, Sr Marie Madeleine dit avec assurance : « Chrétiens ne vous désolez pas, vous ne mourrez pas, nous sommes les dernières victimes. »  C’est ce qui arriva. Le 26 juin 1794 c’était la fin de la terreur.

Voici le témoignage d’un détenu : « L’abandon complet entre les mains de Dieu, la prière continuelle, l’Espérance supérieure à toute crainte, le souci constant des autres, la compassion pour le malheur de tous, animaient les 4 filles de la charité d’Arras partant pour l’échafaud. »

Sr Marie Madeleine et ses compagnes ont été béatifiées par Pape Benoit XV le 13 Juin 1920.

 

L’AMOUR DU CHRIST EST PLUS FORT QUE LA MORT

En 1794, le vent de la révolution a soufflé. Comme tant d’autres, des Filles de la Charité ont été emportées. Où trouver le secret de ces vies données ?

Comment ce vent de terreur a pu devenir un vent de Pentecôte ?

Les servantes des pauvres ont pris souffle à la Parole de Dieu. Elles ont pris l’Évangile dans leurs mains, et dans leurs cœurs. Elles ont cru à cette Parole de Vie enfouie dans le creux de l’humanité.

L’AMOUR DU CHRIST EST PLUS FORT que la haine   L’AMOUR DU CHRIST EST PLUS FORT que la mort.

Oserons-nous, à notre tour, accueillir cette Parole lancée un jour sur les routes de Palestine ? Elle accompagne encore l’histoire des hommes, elle accompagne encore notre chemin.

Oserons-nous croire à ce grand vent de charité qui seul peut donner à notre terre un courage renouvelé, une fraicheur d’Évangile ?

Des témoins éclairent notre Route, comme Vincent de Paul, Louise de Marillac, nos 4 sœurs d’Arras martyres et tant d’autres. A leur suite, devenons visages de L’AMOUR PLUS FORT QUE LA MORT.

 

LA TERREUR UN EVENEMENT PASSÉ !

Pourtant aujourd’hui encore des enfants, des hommes et des femmes sont jugés injustement, condamnés, exécutés à travers le monde.

Evènement passé ! Pourquoi le remémorer ?

Fidèles au message de celui qui est venu tracer la Route de la Liberté, de la Justice et de la Fraternité, en un mot l’AMOUR, des hommes et des femmes ont essayé et essayent encore aujourd’hui de créer un monde de Justice et de Paix, luttant parfois au prix de leur vie, montrant que l’Amour est plus fort que la haine, que l’Amour est plus fort que la mort. Car aujourd’hui comme hier, le monde a encore faim d’Amour.

Aujourd’hui, à nous de rayonner cet Amour, car « Il n’est pas de plus grand Amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime ». (Jean 15,13) –  Aimer c’est tout donner et se donner soi-même.

Perdre sa vie, pour accueillir le christ,

se livrer au christ pour rencontrer le Père,

se trouver soi-même comme un don de Dieu.

Je te suivrai Jésus, montre-moi le chemin.

Dieu notre Père, accorde-nous d’être toujours et partout le témoin de cet Amour qui nous dépasse et qui nous porte à la rencontre de tous nos frères.  EPHATA – ALLEZ VERS – RENCONTRER.

 

La Communauté de la Courneuve

 

Dans la Compagnie, nous faisons mémoire aussi ce 26 juin de Sœur Marguerite RUTAN, martyre de cette même période de terreur,  guillotinée en haine de la foi le 9 avril 1794 à DAX et béatifiée dans cette ville le 19 juin 2011.

X