Fêter Notre Dame de la Médaille Miraculeuse c’est célébrer la tendresse de Dieu manifestée en Marie sa mère, et révélée à Sainte Catherine, pour la Compagnie, pour le monde et pour les pauvres.

En ce 27 novembre 1830 la Sainte Vierge nous livre deux messages importants.

  • Tout d’abord en portant dans ses mains un globe surmonté d’une croix elle dit à Sainte Catherine :

« Cette boule, (ce globe), représente le monde entier, la France et chaque personne en particulier. »

Quand, à la Chapelle de la rue du Bac, les Visitatrices, lors de leurs sessions, mettent le nom de leur Province dans ce globe que porte la Vierge, c’est au-delà d’elles-mêmes tous les pays, toutes les Filles de la Charité et tous les pauvres qui sont représentés, ainsi que chaque personne en particulier.

  • Puis en étendant les mains, Marie montre des rayons sortant de ses doigts et dit :

« Ces rayons sont le symbole des grâces que je répands sur les personnes qui me les demandent »

Aujourd’hui, fidèles à ce message une foule fervente de pèlerins prient chaque jour dans la Chapelle de la rue du Bac, et dans le monde de nombreux chrétiens se tournent vers Marie. Marie est la mère à qui nous pouvons tout dire et tout demander.

Pour concrétiser cette demande de grâces, Marie transmet à Sainte Catherine une prière:

« O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous ».

Cette invocation, priée dans toutes les langues, n’est pas sans rappeler le désir de Sainte Louise, qui déjà en 1644, lors de son pèlerinage à Chartres pour consacrer la Compagnie à la Vierge, souhaitait que la Conception Immaculée de Marie soit reconnue et célébrée, car « elle est l’unique pure créature qui ait toujours été agréable à Dieu »

  • Enfin Sainte Catherine est chargée d’une mission :

« Faites frapper une médaille (sur ce modèle). Les personnes qui la porteront avec confiance recevront de grandes grâces. »
Cette médaille portée par des millions de personnes à travers le monde, n’est pas un talisman ou un porte bonheur, mais un moyen tangible pour relire les signes qu’elle porte : les deux cœurs unis de Jésus et Marie, la Croix et l’M, les douze étoiles des Apôtres, c’est un résumé qui nous ramène au cœur de la Bonne Nouvelle du salut.

En cette période de nos Assemblées domestiques puissions-nous vivre intensément cette fête pour nous en réapproprier le message. Confions à la Vierge Marie les intentions de la Province et de la Compagnie et entendons la nous redire, les mains étendues : « Ces rayons sont le symbole des grâces que je répands sur toutes les personnes qui me les demandent. »

Sœur Marie-Pascale,
FdlC