En Grèce, 98% de la population est orthodoxe, notre communauté se trouve donc en constante cohabitation avec l’Eglise orthodoxe.

La plupart des catholiques grecs appartiennent à l’Église de rite latin mais une petite portion est membre de l’Église grecque-catholique hellène, également catholique mais de rite byzantin.

L’Église catholique en Grèce continue d’exister à travers des petites communautés éparpillées dans tout le pays et notamment dans les Cyclades. Aujourd’hui nous nous trouvons devant un défi de taille qui est de répondre à l’afflux d’émigrants catholiques. D’après les statistiques de la Conférence épiscopale de Grèce, les catholiques grecs seraient au nombre de 45 à 50 000, les résidents occidentaux de confession catholique environ 30 000, les Polonais 60 000 et les Philippins environ 45 000. Il faut ajouter un nombre inconnu d’autres migrants catholiques, notamment d’origine africaine, qui séjournent de manière irrégulière sur le territoire ou dans les camps.

En Grèce, la Vierge Marie tient une place importante, tant dans l’Église catholique que dans l’Église orthodoxe. D’ailleurs, il est possible de trouver environ 500 noms attribués par le peuple à Marie en fonction de l’endroit où ils vivent !!

  • « Thalassokratoussa », Maîtresse des mers

  • « Glykofiloussa », celle qui embrasse tendrement

  • « Odigitria », celle qui conduit au Christ

La Vierge Marie est belle et bien toujours au côté du peuple grec qui n’hésite pas d’ailleurs à proclamer non seulement « oh mon Dieu » comme tout à chacun mais il n’est pas rare d’entendre plusieurs fois par jour « Panayia mou » ce que nous pourrions traduire par « Ma Toute Sainte ».

Le dogme de l’Immaculée Conception que nous fêtons le 8 décembre, est tout à fait étranger à l’Église orthodoxe. De ce point de vu, les orthodoxes s’en tiennent à Marie comme Mère de Dieu (Théotokos). Le 9 décembre, l’Église orthodoxe célèbre la Conception (mais pas ” l’Immaculée “) de la Bienheureuse Vierge Marie dans le sein de sainte Anne. Nous célébrons donc la même fête à la différence que la tradition orthodoxe vénère en ce jour Sainte Anne comme étant celle qui a donné au monde la Mère de Dieu.

De la même façon, le Dogme de l’Assomption n’existe pas dans la tradition orthodoxe. Le 15 août est célébrée la Dormition de la Vierge.

Tout cela pour souligner de manière plus forte le caractère profondément humain de la Vierge Marie. La vénération orthodoxe de Marie se vit et s’exprime principalement par l’Incarnation de Jésus.

Cette année à l’occasion des fêtes de St Pierre et Paul le Pape rappelait lors d’une visite de la délégation du Patriarcat œcuménique de Constantinople, que : « Le rétablissement de la pleine unité entre les catholiques et les orthodoxes passera par le respect des identités spécifiques, et l’harmonieuse coexistence dans les légitimes diversités ». L’Esprit-Saint suscite avec créativité une « multitude de dons », et il est nécessaire de ne pas rechercher une pleine uniformité mais plutôt une « symphonie à plusieurs voix dans la charité ».

La communauté de Syros

 

X