Pierre-Georges FRASSATI, qui donc es-tu ?

 

Tu es né à Turin, le 6 avril 1901, dans une famille bourgeoise. Tes parents ont donc tout fait pour t’offrir une belle éducation, selon leurs valeurs, afin que tu puisses avoir une profession enviable et réussir dans la vie.  C’est leur projet pour toi.

Ton père, Alfredo, a une excellente situation ; il est le fondateur d’un journal célèbre de l’époque, l’équivalent du « Monde » d’aujourd’hui et a même été nommé ambassadeur d’Italie en Allemagne, à Berlin, entre 1918 et 1922. Il a donc de grandes aspirations pour ses enfants ! Mais il est très loin de la foi chrétienne.

Ta mère est catholique pratiquante, mais sa foi se limite à l’observation scrupuleuse des prescriptions de l’Église. Tu es donc éduqué de manière sévère. Ta mère allant jusqu’à dire : « Mieux vaudrait qu’il décroche une licence et qu’il meure ensuite » Tu as une sœur, Luciana, ta cadette.

Tu aimes la montagne, sa grandeur, son silence, ses appels…  Là, tu sais bien que le Seigneur se fait tout proche. Les Alpes n’ont pas de secret pour toi : tu as arpenté bien des G.R.(sentiers de grande randonnée) réputés ou non. De plus, avec tes copains, saisis de la même passion que toi, vous vivez de grandes et belles amitiés qui dureront, jours après jours, quels  que soient les soucis de vos vies.

Avec tes amis, tu te consacres à un apostolat de ton cru, au sein d’une compagnie que tu crées toi-même, à qui tu donnes le nom de :  « Compagnie des types louches ».

Ton Association tu l’as pensée avec beaucoup d’astuces et de souci de tes copains c’est pourquoi elle mêle amitié spirituelle et plaisanteries ! Lors de vos excursions dans les Alpes, cela unit et réjouit le cœur de chacun et le dispose à être attentif et disponible à Dieu.

Sur le plan spirituel, tu as également des engagements qui te permettent de grandir en prenant des responsabilités. Ainsi que tu appartiens au Tiers Ordre Dominicain et tu participes régulièrement aux Conférences fondées par Frédéric Ozanam, pour service des démunis.

Malgré des difficultés scolaires, tu poursuis des études. (Papa Frassati de badine pas avec cela !) Tu dois impérativement réussir coûte que coûte…tu devras donc suivre des cours particuliers, donnés par un Père salésien qui n’hésitera pas à faire des disgressions sur l’Évangile.

Ainsi, ta foi va-t-elle prendre un nouvel essor, appuyée sur la richesse et la force de la Parole de Dieu. Et cette foi imprégnant ton intelligence va s’infiltrer dans toute ta vie.

Pierre-Georges, tu vis ta foi dans l’indifférence générale de ta famille, mais cela n’est pas un obstacle pour toi. Tu as tes convictions personnelles, étayées sur des bases sûres et rien ne peut te séparer de l’amour de Dieu pour toi ! Voilà pourquoi tu penses à devenir prêtre…Lorsque tu annonces, avec beaucoup de sérieux et de détermination, à ton père, que tu désires intensément suivre ta vocation, celui-ci entre dans une grande colère et refuse de comprendre. Il a toujours rêvé que tu le suivrais dans sa belle carrière de propriétaire et de directeur de son quotidien célèbre et toi, voilà que tu te permets d’avoir d’autres vues quant à ton avenir ! C’en est trop pour lui !

En 1923, lors du Carnaval, tu rencontres Laura Hidalgo, qui sera ta grande histoire d’amour. Orpheline et étudiante en mathématiques elle devient pour toi un guide et un soutien. Tu ne parles à personne de cet amour, que tu gardes secret pendant plusieurs mois et auquel l’opposition de ta famille te fera renoncer.

Décidément, tu seras toujours contré dans tes projets et tes parents, suivant leurs ambitions, n’arriveront jamais à te comprendre. Ce sera l’occasion de grandes souffrances pour toi qui, pourtant, n’entameront pas ta joie de vivre ! Et voici qu’à 23 ans, tu es contaminé par le méchant virus de la  maladie de Heine-Médine. maladie aigüe virale caractérisée par l’atteinte de la corne grise antérieure de la moelle épinière. Cette maladie appelée également POLIOMYELITE, paralyse peu à peu et finalement, dans les cas très graves, peut entraîner la mort.

C’est ce qui t’arrive, à toi, Pierre-Georges, à l’âge de 24 ans, le 4 juillet 1925.

Tu seras béatifié par le pape Jean-Paul ll en 1990, car tu demeures un modèle de sainteté pour tous les jeunes, de toutes les conditions. Tu as su témoigner de la miséricorde du Seigneur, autour de toi, partout où tu allais, par exemple avec tes amis à l’université ou dans les associations de travailleurs, ou encore en pleine montagne.

 

A toi qui lis cet article, quel que soit ton âge et, particulièrement si tu es jeune, écoute ton aîné Pierre-Georges te dire et te redire, à la suite de St Paul aux Galates (5, 16) :

« Laisse-toi conduire par l’Esprit-Saint » !

 

Sœur Marie-Catherine DOMINJON – Communauté de Lyon
X