En ce jour où l’Eglise fête l’Assomption de la Vierge Marie, un jour si important pour la France, ancienne fête nationale en raison du Vœu de Louis XIII de consacrer son Royaume à Marie en 1638.  Avec beaucoup de joie, nous vous présentons deux événements marquants de la vie de Saint Vincent de Paul qu’il a vécu dans son pays natal des Landes. Ces événements nous montrent son amour, sa dévotion envers la Vierge Marie.

Enfance

La tradition nous raconte qu’enfant, Vincent a déposé dans le creux du vieux chêne (qui avait déjà 400 ans puisqu’il a environ 800 ans aujourd’hui) une statue de la Vierge Marie. C’est un signe d’un attachement à Marie dès son plus jeune âge. Nous pouvons imaginer le petit Vincent passant avec son troupeau, saluant cette Mère du Ciel. Aujourd’hui, quand des groupes de visiteurs ou de pèlerins viennent, nous leur proposons de s’arrêter devant le chêne et de confier à Marie leurs intentions de prière. Nous chantons un chant à Marie ou nous récitons un « Je vous salue Marie ». Lors de la visite de la Chapelle, des médailles miraculeuses leur sont proposées au pied de la statue de Marie. Cette médaille annoncée par la Vierge Marie à Sainte Catherine Labouré la veille de la fête de Saint Vincent (19 juillet à l’époque) est reçue avec beaucoup de foi par les pèlerins et visiteurs.

A l’âge adulte

Ranquines

Vincent est venu à Ranquines, sa maison natale pour la dernière fois en 1623. Une statue de la Vierge avait été découverte à Buglose par un berger en 1620. Saint Vincent va donc se rendre en pèlerinage à la Chapelle des Miracles (lieu où l’on a retrouvé la statue). Le pèlerinage à Buglose se poursuit encore aujourd’hui en particulier lors de la semaine mariale début septembre où tout le diocèse d’Aire et Dax se réunit pour prier chaque année (fête patronale le 8 septembre). Dans le parc de Buglose à proximité de la Chapelle des Miracles une plaque évoque le pèlerinage de Saint Vincent, ainsi qu’une statue de Vincent fleurie régulièrement par des pèlerins.

Notre-Dame de Buglose

A travers ces deux événements simples de la vie de Saint Vincent nous pouvons toucher un peu du doigt sa dévotion mariale qui sera visible durant toute sa vie. Cela est pour nous un encouragement à avoir recours à elle et à nous laisser accompagner par elle au quotidien. Avec les mots de Saint Vincent, confions-nous à la Vierge Marie : « Je prie Notre Seigneur qu’il vous bénisse et vous remplisse de son esprit, afin que désormais vous viviez de ce même esprit, humbles comme lui et obéissantes. Ainsi, mes chères sœurs, vous vivrez de sa vie. O Sauveur je vous demande cela, qu’elles ne vivent plus que de votre vie par l’imitation de vos vertus. Mes filles, pour obtenir cette grâce recourons à la Mère de miséricorde, la Sainte Vierge votre grande patronne. Dites-lui : « Puisque c’est sous l’étendard de votre protection que la Compagnie de la Charité est établie, si autrefois nous vous avons appelée notre Mère, nous vous supplions maintenant d’agréer l’offrande que nous vous faisons de cette Compagnie en général et de chacune en particulier. Et parce que vous nous permettez de vous appeler notre Mère et que vous êtes la Mère de miséricorde, du canal de laquelle procède toute miséricorde, qui avez obtenu de Dieu, comme il est à croire, l’établissement de cette Compagnie, ayez agréable de la prendre sous votre protection. » Mes sœurs, mettons-nous sous sa conduite, promettons de nous donner à son Fils et à elle sans réserve, afin qu’elle soit la guide de la Compagnie en général et de chacune en particulier. »

« O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous. »

X