La fête de la présentation de Jésus au Temple, a été instituée “Journée mondiale de la Vie consacrée” par saint Jean-Paul II en 1997. Cette journée, nous dit l’Eglise Catholique, a donc une importance particulière pour toute personne consacrée, qui, inspirée par le don bouleversant du Christ, aspire à son tour à donner sa vie et à tout abandonner pour marcher à sa suite. L’an dernier à l’occasion du 2 février, le Pape François disait :

« La vie consacrée est vie nouvelle. Elle est rencontre vivante avec le Seigneur dans son peuple.

Elle est appel à l’obéissance fidèle de chaque jour, aux surprises inédites de l’Esprit. »

 

Pour nous, Filles de la Charité, c’est la mise en pratique de « Franchir la Porte » « Aller vers » « Rencontrer », c’est ce que nous essayons de vivre au quotidien et chacune de nous a exprimé comment elle le vivait :

  • Etant comme bénévole à l’accueil chaque après-midi, je rencontre tous les jours du personnel de tous bords, ce qui est une occasion de partager leur vie : confidences, peines, joies, souffrances, etc… Je les assure de ma prière. Je suis toujours à leur disposition pour un service à rendre : petit raccommodage, tricot couture.

A l’occasion des fêtes de la Sainte Vierge, de Sainte Catherine, de la Médaille miraculeuse je mets à la disposition du personnel, des résidents des visiteurs, une boîte ouverte dans laquelle il y a des médailles avec les feuillets explicatifs, des statuettes, des petites croix, des chapelets  avec l’inscription : « servez-vous ». Libre à chacun de se servir à volonté, sans contrôle et tous le font volontiers.

  • Au milieu des personnes âgées, nous avons la mission d’annoncer la Parole de Dieu, une parole d’espérance. Notre Charisme : l’attachement au Christ pour l’aimer et le servir en la personne des pauvres et des malades, ce qui veut dire simplement vivre l’Evangile dans ce milieu de pauvreté physique et morale où le Seigneur nous a placées. – Etre proche des résidents, de leurs soucis, de leurs familles, tout en restant discrètes, leur apporter un peu de joie, leur offrir un sourire. Que chacun se sente aimé et écouté. – Il nous faut garder cet esprit de service, d’humilité, de simplicité, de patience de respect, également vis-à-vis du personnel. Etre des témoins crédibles de la miséricorde de Dieu dans la joie de lui appartenir et de le retrouver dans le cœur de tous. – La présence de Dieu dans nos cœurs doit être visible sur nos visages, par nos gestes et nos attitudes, tout ce qui contribue à un climat de paix, de sérénité, à un esprit de famille et de solidarité dans tout le service, de même le partage des joies et des peines. L’assurance de notre prière aux intentions de chacune et de tous est importante et toujours bien accueillie.
  • Très âgée et en fauteuil roulant, j’ai la grâce d’avoir beaucoup de temps pour prier dans ma chambre. Trois fois par semaine, nous avons une célébration de la Parole de Dieu et la messe, une fois par semaine environ, lorsque cela est possible pour notre curé. Quand les aides-soignantes font ma toilette, certaines me posent des questions sur la religion, je suis contente de leur répondre.
  • Témoigner de ma vie consacrée à Dieu auprès des résidents et des membres du personnel au sein de l’EHPAD, c’est d’abord me faire proche à la suite et à l’exemple de Jésus qui allait à la rencontre de toute personne pour dire à travers son regard et tous ses gestes de bonté la tendresse de Dieu.

 

Témoigner, c’est d’abord me faire proche. Cette proximité se construit, jour après jour, au fil des évènements, non pas dans les grandes choses, les actions extraordinaires, mais dans la simplicité, la banalité même du quotidien tout ordinaire mais vécu dans la fraternité, la disponibilité, l’humble service gratuit qui se présente.

Témoigner c’est servir, non seulement avec mes mains, mes bras, mais aussi et surtout d’abord avec le cœur, écouter attentivement avec le cœur et, par une présence d’amitié discrète, permettre à la personne qui en a besoin de pouvoir déposer son fardeau, lui dire la proximité aimante de Dieu et de Marie à travers notre prière.

  • Le quotidien est pour moi une invitation à sans cesse ouvrir les portes de mon cœur pour être attentive et à l’écoute de mes sœurs et des personnes qui vivent et travaillent au sein de notre EHPAD : me réjouir de leurs joies, compatir à leurs peines, entendre leurs difficultés et leurs espérances. C’est aussi me laisser déranger, accueillir l’imprévu, me rendre disponible pour rendre les petits services qui me sont demandés, c’est également prendre part aux animations : « remue-méninges » anniversaires, fêtes, etc … Dans un contexte encore compliqué et anxiogène, car le « covid » reste une menace, c’est aussi témoigner que Dieu prend soin de nous et nous donne sans cesse d’espérer par tout ce qui se vit de beau et de positif. Enfin c’est porter dans la prière les intentions de tous.

 

 

La communauté d’Origny-en-Thiérache
X