Un certain  12 août,  il y a 429 ans,  naissait une petite fille. On l’appelle Louise. Ses origines familiales sont compliquées…
Son père :  un « De Marillac »,  sachant tout ce que cela pouvait évoquer de puissance et d’influence en ce 17ème siècle ; sa mère : inconnue et aucun historien n’est encore parvenu à percer ce mystère…

Cette petite fille va grandir…Très vite, on remarque son intelligence vive et sa grande sensibilité…avec une tendance au scrupule et même à l’angoisse.  A l’adolescence, elle rêve de donner sa vie à Dieu, chez les Capucines, mais les portes du monastère ne s’ouvrent pas pour elle. Dieu en avait décidé autrement.

Nous voici en 1623, c’est une jeune femme de 32 ans, dont le mari se meurt peu à peu d’une longue maladie…avec un fils, le petit Michel, qui se révèlera caractériel à l’adolescence…

Louise se trouve, alors, en plein questionnement intérieur. Tout semble « noir » autour d’elle, dans sa tête et dans son cœur. C’est alors que le 4 juin,  elle va connaître ce qu’elle-même a appelé : « La Lumière de Pentecôte ».  Soudain, ses doutes s’évanouissent, son esprit s’éclaircit, son chemin (pourtant encore inconnu) devient lumineux. Elle-même a décrit ce passage fulgurant de l’Esprit-Saint dans sa vie. Voici ce texte, avec ses propres mots que le montage vous invite à méditer aujourd’hui. Qu’il nous aide à retrouver la sève et la fraîcheur de notre vocation de Filles de la Charité.

Merci Louise, d’avoir ouvert, tout grand ton cœur et ta vie à l’Esprit de Dieu ! Entraîne-nous sur ce chemin…

Sœur Marie-Catherine DOMINJON, Communauté de Lyon

 

X